Pourquoi Doug Ford a Besoin d'une Stratégie pour l'Éfficacité Énergétique – Mis à Jour et Élargi

Brendan Haley

Brendan Haley

Directeur des Politiques, Efficacité énergétique Canada

Cet été, le directeur général d’Efficacité énergétique Canada, Corey Diamond, a publié un éditorial intitulé « Pour quoi Doug Ford a besoin d’une stratégie d’efficacité énergétique ». Aujourd’hui, j’écris une version mise à jour et développée sous forme de blogue. Je vais creuser certains détails et me référer à des déclarations récentes de ministres de l’Ontario pour montrer que l’efficacité énergétique est une solution à un bon nombre des problèmes que le gouvernement Ford a identifié et qu’il veut aborder dans son mandat.

 

Emplois et compétitivité

« Faire démarrer notre économie et créer des emplois » figure en tête de l’ordre du jour du gouvernement Ford. L’amélioration de l’efficacité énergétique peut créer des emplois dans toute la province. Une étude récente d’Efficacité énergétique Canada a estimé que la réalisation d’économies d’énergie importantes, similaires aux principaux États de la Nouvelle-Angleterre, créerait en moyenne 57 000 emplois supplémentaires en Ontario d’ici 2030. Les programmes d’efficacité créent directement des emplois dans des secteurs importants comme la construction et la fabrication, et il met plus d’argent dans les poches des gens, qui le dépensent de nouveau dans les économies locales.

L’amélioration de l’efficacité contribue également à un climat des affaires plus compétitif. Si les entreprises dépensent moins en énergie, elles libèrent des dollars pour investir dans des améliorations de capital et des ressources humaines plus productives. Les améliorations de l’efficacité augmentent également la productivité du travail, car des bâtiments mieux conçus augmentent la satisfaction des employés, réduisent les jours de maladie et améliorent la santé et la sécurité des travailleurs. Il existe de nombreux exemples de PDG se rendant compte que le retour sur investissement de l’efficacité est beaucoup plus large qu’on ne le pensait à l’origine en raison de facteurs tels que l’entretien réduit, l’engagement des employés et les ventes au détail.

Couper les factures d’énergie

Le gouvernement Ford vise à aider les consommateurs ontariens à réduire leurs factures d’énergie et à aider « le petit bonhomme ». Un avantage des programmes d’efficacité énergétique est qu’ils peuvent être ciblés sur ceux qui en ont le plus besoin. Tout le monde dans la province n’a pas la même facture d’énergie, et ces factures imposent un fardeau plus lourd à certains ménages. Par exemple, une étude réalisée en 2016 par le bureau de la responsabilité financière de l’Ontario a montré que les résidents du nord de l’Ontario dépensent plus en énergie que ceux de Toronto-Hamilton-Niagara (figure 1). Cela est dû en grande partie au fait que les habitants du Nord utilisent plus d’électricité et de mazout pour chauffer leur maison. Les programmes d’efficacité peuvent cibler ces maisons pour des améliorations aux enveloppes des bâtiments et aux systèmes de chauffage.

Les personnes à faible revenu portent également un fardeau énergétique plus lourd. Les Ontariens dont le revenu est inférieur à 31 691 $ consacrent 6 % de leur revenu à l’énergie tandis que ceux qui gagnent plus de 126 123 $ dépensent 2 % de leur revenu. Les programmes d’efficacité énergétique peuvent cibler les ménages dont le fardeau énergétique est plus élevé et réduire leur consommation d’énergie de 25 %. Cela ferait une différence notable pour les consommateurs les plus préoccupés par les coûts de l’énergie, d’une manière que les réductions de prix aveugles ne peuvent pas.

Figure 1: Dépenses énergétiques moyennes des ménages en Ontario par source d’énergie et par région, moyenne 2012-2014

Éviter les coûts de production d’énergie non requise

Dans une récente déclaration, le ministre de l’Énergie du gouvernement Ford, Greg Rickford, a déclaré qu’il allait « arrêter les approbations de projets énergétiques inutiles où le besoin d’électricité n’a pas été démontré ». Bien que cette déclaration ait été faite dans le contexte des sources d’énergie renouvelables (qui ont contribué aux besoins du système électrique et à l’élimination du charbon), les mêmes mots sont souvent prononcés par les défenseurs de l’efficacité. En effet, de nombreux projets de production d’électricité et d’infrastructure ne seraient pas nécessaires avec une conservation de l’énergie plus agressive.

En fait, lorsque nous comparons les coûts supplémentaires associés à l’amélioration de l’efficacité énergétique avec la production, l’efficacité énergétique est généralement l’option la moins coûteuse. La figure 2 présente la comparaison des coûts pour l’Ontario. En 2016, les programmes de conservation de l’Ontario n’ont coûté que 2,2 cents pour économiser un kilowattheure. Les coûts du programme de conservation pourraient atteindre 5 cents/kWh. Nous pouvons comparer les coûts d’efficacité au coût du gaz naturel de 8 à 29 cents/kWh, et le coût estimé de la rénovation nucléaire cité à 8 cents/kWh (avec un grand risque que ce coût soit beaucoup plus élevé.) L’efficacité est également moins coûteuse que les énergies renouvelables. Les achats à grande échelle de l’Ontario en 2016 ont fourni un prix moyen de 8,6 cents/kWh pour l’énergie éolienne et de 15,7 cents/kWh pour l’énergie solaire.

L’Ontario connaît actuellement un surplus d’électricité en vrac. Il pourrait donc sembler que les nouvelles centrales de génération ne sont pas à l’horizon. Cependant, le parc nucléaire de l’Ontario vieillit, avec des centrales qui doivent être retirées ou rénovées. Les usines devront fermer pour la rénovation, ce qui nécessitera de nouvelles usines à gaz ou des importations d’énergie et les lignes de transport associées. Ces sources de génération engendreront des coûts inutiles et des controverses politiques sur la décision d’implantation locale. Il est préférable de les éviter avec des économies d’énergie moins chères et plus propres.

Pour s’assurer que l’Ontario dispose du système d’électricité le moins coûteux, les efforts d’économie d’énergie doivent être poursuivis et élargis. Les mesures d’économies d’énergie mises en œuvre aujourd’hui dureront au cours de la prochaine décennie et les économies annuelles s’accumuleront à une échelle qui évite les coûts de production inutiles.

Figure 2 : Coût de l’efficacité énergétique par rapport à la production en Ontario (2016)

Augmenter la valeur des sources d’énergie renouvelables existantes

Le gouvernement Ford a également noté qu’environ 26 % de l’électricité produite à partir de l’énergie éolienne et solaire a été réduite en 2017. Pour gérer le système électrique, le gestionnaire de réseau peut augmenter ou diminuer les sources de production. Étant donné que les centrales nucléaires de « base » de l’Ontario sont assez rigides, les énergies renouvelables sont souvent programmées pour se déconnecter pour faire correspondre l’offre et la demande, ce qui signifie que les Ontariennes et Ontariens pourraient ne pas bénéficier de l’électricité qui pourrait être générée lorsque le vent souffle ou que le soleil brille.

Pour remédier à cette occasion manquée, le réseau électrique de l’Ontario nécessite plus de « flexibilité » pour faire correspondre la demande à l’offre. Au lieu d’augmenter ou de diminuer la production, il est également possible d’augmenter et de diminuer la demande d’énergie. Par exemple, un réservoir d’eau chaude bien isolé peut être chauffé lorsque le vent souffle et stocker la chaleur jusqu’à ce qu’elle soit nécessaire. Une maison peut être chauffée ou refroidie lorsqu’il y a un surplus d’électricité. Si la maison est bien isolée, elle retiendra cette énergie comme une pile. Ces initiatives de « flexibilité de la demande » contrôlent les coûts et améliorent l’efficacité du système électrique sans affecter le confort des clients. Cela signifierait que les gestionnaires de réseau électrique paient les clients d’électricité pour gérer leur demande.

Le côté de la demande pourrait donner au réseau électrique la flexibilité dont il a besoin à un coût bien inférieur aux réductions des énergies renouvelables ou à d’autres options du côté de l’offre, comme le montre la figure 3 du National Renewable Energy Laboratory des États-Unis. Orienter les programmes de conservation vers des économies d’énergie et des « services de flexibilité » augmenterait la valeur des ressources énergétiques renouvelables existantes et améliorerait l’efficacité globale du système électrique.

 

Figure 3: La courbe d’approvisionnement flexible

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Le ministre de l’Environnement, de la Conservation et des Parcs, Rod Philipps, a annoncé que le gouvernement Ford présenterait un nouveau plan pour lutter contre les changements climatiques. Le ministre a indiqué qu’il cherchait des moyens peu coûteux de réduire les GES et que les gouvernements devraient se concentrer sur la réduction significative des émissions de GES, en utilisant plusieurs instruments de politique. L’efficacité énergétique devrait être une composante majeure de tout plan climatique, car elle permet de réduire les GES à faible coût et constitue une grande partie de la solution. L’efficacité énergétique pourrait aider à respecter 25 à 39 % de l’engagement de réduction des GES du Canada en 2030 en vertu de l’Accord de Paris, et 30 à 40 % de la réduction requise pour réduire les émissions de 80 % sous le niveau de 2005 d’ici 2050.

L’efficacité peut également permettre des réductions à faible coût. Cela est démontré, au niveau mondial, par la courbe des coûts de réduction de McKinsey dans la figure 4. La courbe ordonne différentes options de réduction des GES du coût le plus bas au coût plus élevé, d’un point de vue sociétal. Il existe de nombreuses mesures d’efficacité énergétique — telles que des améliorations aux appareils résidentiels ; le chauffage, la ventilation et la climatisation (CVC) et l’isolation — qui ont des coûts négatifs ou des avantages nets d’un point de vue sociétal.

Alors que le gouvernement Ford élabore son nouveau plan climatique, il devrait considérer l’efficacité énergétique comme une partie essentielle.

Figure 4: Courbe mondiale des coûts de réduction des GES au-delà du statu quo – 2030

Une stratégie d’efficacité énergétique pour l’Ontario

Le gouvernement Ford peut tirer parti de l’efficacité énergétique pour toutes les raisons susmentionnées — plus d’emplois, une compétitivité accrue, des factures d’énergie réduites, en évitant les coûts de production d’énergie inutiles, en augmentant la valeur de la production d’énergie renouvelable existante et en réduisant les émissions de GES.

Ils pourraient également souhaiter mettre l’accent sur différentes approches. Par exemple, des objectifs liés à la réduction des fardeaux énergétiques des ménages et à l’amélioration de la compétitivité des entreprises pourraient être ajoutés aux indicateurs de performance des économies d’énergie. Les programmes pourraient également se concentrer sur la réalisation d’économies d’énergie à long terme en préparant les marchés à adopter davantage de conceptions et de technologies d’efficacité énergétique. Les stratégies d’efficacité pourraient également viser à attirer des financements privés et à développer un marché concurrentiel robuste pour les produits et services d’efficacité énergétique.

La réalisation de ces objectifs nécessitera une amélioration et une expansion des efforts existants. Il sera important de veiller à ce que l’efficacité, la conservation et la flexibilité de la demande soient intégrées dans la planification des systèmes énergétiques afin de concurrencer les options plus coûteuses du côté de l’offre. Les programmes devraient également être offerts par des professionnels, et les administrateurs devraient à la fois être tenus responsables des résultats et tirer profit de la flexibilité opérationnelle nécessaire pour servir plus efficacement les consommateurs d’énergie.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles l’efficacité énergétique correspond à ce que le gouvernement Ford vise à réaliser. L’étape suivante consiste à développer une approche qui permet à l’efficacité de démontrer sa valeur et de tirer des enseignements des meilleures pratiques existantes.

TAKE THE PLEDGE

You have Successfully Subscribed!

TAKE THE PLEDGE

You have Successfully Subscribed!

TWEET!

You have Successfully Subscribed!

JOIN THE MOVEMENT

Sign-up to get the latest in energy efficiency news! 

You have Successfully Subscribed!