Certains l'aiment chaud, la plupart n'aiment pas

Lorsque la maison, l'école et le travail sont au même endroit, les températures intérieures élevées comptent plus que jamais
Kevin Lockhart

Kevin Lockhart

Responsable des bâtiments efficaces

7 Août. 2020

Blog | Médias

  • C’est l’été et le stress thermique dans le logement augmente: c’est un problème d’équité qui touche différents groupes de différentes manières; le travail et l’apprentissage à domicile peuvent exacerber les «inégalités de température» existantes
  • Nos normes et codes de construction, de rénovation et d’équipement (et leur mise en œuvre) peuvent offrir des solutions pour les plus
  • Un récent rapport de l’ONU et de l’AIE estime que 460 milliards de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre – soit environ la quantité produite sur une période de huit ans – pourraient être réduites au cours des quatre prochaines décennies en rendant les climatiseurs deux fois plus efficaces qu’ils le sont actuellement.

Pour les emplois où il est possible de le faire, le travail à domicile a été une nécessité pendant la pandémie de COVID-19, et est susceptible de rester ici pour de nombreuses professions. Cependant, le confort du travail à domicile peut varier considérablement, en fonction de facteurs tels que l’âge, la race, l’orientation sexuelle, le revenu et l’un des autres facteurs connus pour influer sur la disponibilité et la qualité du logement. Cet été, nous avons déjà connu les vagues de chaleur habituelles qui sont déjà devenues une incidence de vie ou de mort des changements climatiques au Canada: il n’y a jamais eu de meilleur moment pour avoir une conversation nationale sur les codes du bâtiment, les rénovations, l’efficacité énergétique et stress thermique.

Nous, Canadiens, passons près de 90% de notre temps à l’intérieur, mais on estime que seulement la moitié environ de tous les Canadiens sont équipés de la climatisation. Ce nombre, cependant, augmente rapidement. Avec des mesures de distance physique qui devraient rester en place dans une grande partie du pays et un nombre limité de zones pour trouver un répit de la chaleur, le temps passé à l’intérieur peut de plus en plus être la seule option disponible pour une grande partie de la population pour le reste de la période. été. 

Les travailleurs canadiens manquaient déjà de bureaux climatisés en mai, alors que les températures estivales commençaient à grimper, et les responsables de la santé publique ont tiré la sonnette d’alarme sur le manque de climatisation dans les foyers de soins de longue durée. Dans le contexte d’horizons temporels plus longs, la chaleur extrême deviendra de plus en plus difficile car le changement climatique entraîne une augmentation de la fréquence et de la gravité des événements météorologiques extrêmes. Les événements météorologiques extrêmes, combinés aux pannes d’électricité prolongées résultant de vagues de chaleur, peuvent créer des conditions dangereuses qui exposent les populations vulnérables à des niveaux prolongés et élevés de stress thermique.

Confort thermique et environnement bâti au Canada: contexte politique

Nos maisons, qui, pour les mois à venir au moins, sont également devenues nos bureaux et nos écoles de fortune, sont destinées à compenser les températures les plus extrêmes que mère nature nous impose. Cela comprend la façon dont nous équilibrons notre «confort thermique», généralement défini comme la satisfaction d’une personne à l’égard de son environnement thermique intérieur. Et, si le confort thermique est subjectif, chaque individu fait face différemment à son environnement et aux fluctuations de température. Le confort thermique est une considération extrêmement importante dans la façon dont nous concevons et construisons nos bâtiments. 

Le Code national du bâtiment (CNB) du Canada comprend des énoncés généraux de santé traitant d’un confort thermique inadéquat, en particulier les températures de l’air et de la surface, dans l’appendice du CNB. Cependant, il n’y a pas de température de fonctionnement minimale ou maximale définie ni de mécanisme qui aborde les éléments nécessaires au confort thermique humain. Le code du bâtiment fait plutôt référence à la norme ASHRAE 55: Conditions environnementales thermiques pour l’occupation humaine, la norme déterminant les conditions thermiques acceptables dans les espaces climatisés naturellement contrôlés par les occupants. Cette norme a contribué à des conceptions de bâtiments plus durables et a conduit à de meilleures pratiques opérationnelles qui optimisent à la fois l’efficacité énergétique et le confort thermique. Cependant, il convient de noter que cette norme ne s’applique qu’aux nouvelles constructions; il n’y a pas de norme en place pour les bâtiments existants.

Un rôle croissant pour la conception de bâtiments passifs et de meilleures technologies de refroidissement actif

Les bâtiments modernes reposent à la fois sur des mesures actives et passives pour offrir une gamme acceptable de confort thermique. Les mesures actives sont celles à l’intérieur du bâtiment, par exemple les systèmes de climatisation, les pompes à chaleur ou les ventilateurs mécaniques. Les systèmes actifs sont essentiels à la performance d’un bâtiment. Les climatiseurs écoénergétiques, ou pompes à chaleur qui fournissent à la fois le refroidissement et le chauffage, ont fait de grands progrès ces dernières années et peuvent être trouvés avec une cote EnergyStar, un symbole international appliqué aux équipements qui atteignent un niveau d’efficacité énergétique supérieur. Cependant, comme ils peuvent devenir désactivés lors d’une panne de courant et / ou augmenter vos factures d’énergie, les systèmes actifs sont mieux intégrés aux mesures passives. Les mesures de conception passive comprennent une bonne orientation du bâtiment, des niveaux d’isolation plus élevés, des fenêtres de meilleure qualité, ainsi que l’énergie solaire passive et l’ombrage. Bon nombre de ces mesures aident également à garder une maison au chaud en hiver.

Les mesures passives sont une considération de plus en plus importante dans la conception des bâtiments, en particulier lorsque la résilience thermique est prise en compte, ou lorsqu’un bâtiment particulier peut servir de centre d’urgence communautaire ou de centre de refroidissement. Un bâtiment qui est facilement disponible pour servir une fonction d’urgence après une catastrophe est essentiel pour soutenir la résilience de la communauté. Qu’elles soient incluses en tant que mesure de protection des occupants du bâtiment en cas de panne de courant ou d’événement météorologique extrême prolongé, ou en tant que partie d’une suite d’outils pour réduire le gaspillage d’énergie, les mesures passives jouent un rôle essentiel pour garantir qu’une le bâtiment est en mesure de maintenir une plage acceptable de confort thermique. La conception de bâtiments passifs offre également l’avantage d’une résilience à long terme en atténuant les fluctuations des prix de l’énergie, offrant ainsi aux consommateurs et aux propriétaires d’immeubles une plus grande assurance à long terme d’accessibilité.

Cependant, les mesures passives ne nous mèneront pas tous jusqu’au bout, d’autant plus que le Canada passe d’un environnement où nous passons la plupart de notre temps à chauffer des bâtiments à un environnement où nous passons la plupart de notre temps à les refroidir. Notre paysage urbain est de plus en plus une jungle de gratte-ciel en verre et en acier qui se réchauffent comme une serre en été et nécessitent des quantités d’énergie importantes pour se refroidir. Un rapport récent de l’ONU et de l’AIE estime que 460 milliards de tonnes d’émissions mondiales de gaz à effet de serre – à peu près la quantité produite sur une période de huit ans – pourraient être réduites au cours des quatre prochaines décennies en rendant les climatiseurs deux fois plus efficaces qu’ils ne le sont actuellement.

Si nous voulons atteindre nos objectifs d’atténuation du changement climatique et nous préparer à nous adapter aux nouvelles normes de température d’une manière qui protège les personnes et la planète, une climatisation efficace et des normes à cet égard constitueront une grande partie de la solution, même dans un «froid» pays comme le Canada.

La grande image

Les bâtiments devraient être des espaces confortables qui offrent un refuge loin des extrêmes de notre climat canadien notoirement instable et difficile, mais à l’heure actuelle, il faut beaucoup d’énergie pour les rendre ainsi. Il existe un certain nombre d’innovations qui peuvent améliorer cette situation alors que nous nous préparons à un avenir plus chaud: de la modernisation de notre paysage politique et normatif pour combler les lacunes actuelles et futures, à des investissements soutenus dans la modernisation de notre environnement bâti, à une meilleure conception passive des bâtiments et normes plus élevées pour les équipements de climatisation.

 

Qu’est-ce que tu penses? Partagez vos réflexions sur le confort thermique au Canada dans nos communautés LinkedIn et Facebook pour les professionnels de l’efficacité énergétique.

Deux perspectives sur le stress thermique et le travail à domicile, de l'équipe d'Efficacité Canada

Lynsey, 30, Montreal

Ayant à la fois un chat et un chien en pleine crise du logement à Montréal – où très peu de propriétaires recevront un demandeur avec un animal de compagnie – j’ai bricolé sept locations de courte durée différentes en 2019-2020 afin de rester à l’abri. Pendant ce temps, j’ai eu neuf jours entiers où la ville a fermé mon eau sans avertissement, un robinet cassé qui a inondé une unité alors que j’étais à l’extérieur de la province, d’innombrables pannes de courant dans tout le quartier, une fuite de gaz naturel à l’extérieur d’un lieu, et deux incidents où une alarme incendie à l’échelle du bâtiment a dû être désactivée par le service d’incendie. Dans mon appartement actuel, la température au début de l’été approchait les 37 ˚C à l’intérieur. J’ai finalement craqué et acheté un climatiseur portable. 

Ma situation n’est pas atypique pour les travailleurs de la génération Y et de la génération Z: je partage un studio de moins de 500 m2. ft. avec mon partenaire, qui travaille aussi à domicile en tant que journaliste: l’un de nous prend la table de la cuisine et l’un de nous le bureau, mais tout est dans la même pièce. Parfois, travailler sur l’efficacité énergétique me semble très abstrait en tant que locataire, car j’ai très peu de contrôle sur les endroits où je vis, et j’ai l’impression que demander des améliorations sur des choses comme la température est un moyen infaillible de se retrouver sans logement, ou dans une relation hostile avec un propriétaire. Si je ne peux pas accrocher des images au mur, je ne peux probablement pas entamer une conversation sur le confort thermique.

En tant que locataire, je serais très intéressé par les normes de températures maximales dans l’espace dans lequel je vis et travaille.

Kevin, 44, Toronto

Comme beaucoup de parents pendant la pandémie, trouver une nouvelle normalité a été pour le moins une aventure. Mon partenaire et moi partageons une semi-remorque à Toronto avec nos quatre enfants âgés de 7 à 13 ans. Alors que nous étions tous les deux habitués à travailler à domicile avant l’arrivée du COVID-19, nos bureaux à domicile étaient relativement calmes pendant que les enfants étaient à l’école. Même si nous avions tous les deux de petits bureaux dédiés, nous aimions nous déplacer à différents endroits de la maison pour trouver la zone la plus confortable pour une tâche donnée.

Maintenant, la table de la cuisine, qui avait été un coin ensoleillé revigorant de la maison pour les tâches matinales, a été convertie en salle de classe et nous nous retrouvons en retrait dans la chambre ou le sous-sol dans l’espoir de trouver un espace calme pour un appel de l’après-midi. Et, bien sûr, la nouvelle norme nécessite de garder un œil attentif sur les blocs-notes et les documents imprimés, de peur qu’ils ne deviennent un avion en papier ou un origami.

Avec l’arrivée des chaudes journées d’été, travailler dans l’efficacité énergétique avec quatre enfants à la maison peut parfois sembler un peu paradoxal. Comme dans la plupart des maisons comme la nôtre, il n’est pas rare de trouver les lumières allumées dans une pièce vide ou les fenêtres ouvertes lorsque la climatisation est activée. Bien que je ne sois pas sûr de ne jamais cesser de dire, « avez-vous éteint les lumières? » J’ai remarqué moins de débats maintenant sur la température qu’il doit faire jusqu’à ce que la climatisation soit allumée et plus sur la façon dont nous pouvons utiliser des mesures passives telles que l’ouverture des fenêtres pour une ventilation naturelle pour aider à éviter le vrombissement constant du climatiseur. 

TAKE THE PLEDGE

You have Successfully Subscribed!

TWEET!

You have Successfully Subscribed!

JOIN THE MOVEMENT

Sign-up to get the latest in energy efficiency news! 

You have Successfully Subscribed!

Thank you!

Get Involved!

You have Successfully Subscribed!

Thank you!