COVID-19 Partie 1 : Comment travailler sur l’efficacité énergétique tout en tenant compte de la distance physique ?

Avr 1, 2020Médias

NATIONAL

Brendan Haley

Brendan Haley

Directeur de la politique

Efficacité Énergétique CANADA

COVID-19 est une crise sanitaire qui doit être la priorité de tous en ce moment.  Les personnes qui travaillent sur l’efficacité énergétique pourraient apporter leur aide en offrant leur expertise en matière de chauffage, de ventilation et de climatisation, et en faisant don d’équipements.  Beaucoup d’entre nous restent à l’intérieur pour favoriser l’éloignement physique. 

La distanciation physique exige que de nombreuses activités liées à l’efficacité énergétique soient mises en attente.  Les entreprises et les propriétaires de maisons ont cessé leurs projets d’amélioration de l’efficacité énergétique. Les administrateurs de programmes ont arrêté les activités avec des interactions en personne, telles que l’installation de nouveaux équipements ou les évaluations énergétiques.  Nous savons que les organismes chargés de la mise en œuvre de l’efficacité énergétique et leurs réseaux de partenaires plus importants sont confrontés à des licenciements. 

Au moment de la mise en ligne de cette publication, la période pendant laquelle les mesures d’éloignement physique devront durer est encore inconnue.  Après la crise sanitaire, le gouvernement devra mettre en œuvre un plan de relance économique massif. Pour une discussion sur le rôle de l’efficacité énergétique dans la reprise économique, voir ce blog complémentaire [insérer le lien vers COVID19 Partie 2 : Rôle de l’efficacité énergétique dans la reprise économique du Canada].  L’objectif de ce blog est de lancer une discussion sur les activités qui peuvent être menées pendant que des mesures d’éloignement physique sont en place – afin de maintenir les capacités de livraison et peut-être même d’explorer les moyens de fournir l’efficacité de manière plus rapide et plus clé en main à l’avenir. 

Tout d’abord, nous savons qu’il existe un risque que les organismes d’efficacité énergétique ne puissent pas se développer rapidement s’ils ne peuvent pas conserver une équipe compétente.  Au moment de la mise en ligne de cette publication, le gouvernement fédéral a suivi d’autres pays en offrant une subvention salariale de 75 % aux petites et moyennes entreprises.  Il est à espérer que cela aidera les entreprises d’efficacité énergétique à maintenir et à accroître les capacités de leur main-d’œuvre, et offrira un moyen efficace de soutien financier aux travailleurs qui allège la pression sur le système d’assurance-emploi du Canada. 

C’est aussi le moment où les organisations d’efficacité énergétique pourraient explorer d’autres modèles de prestation de programmes et d’objectifs de performance.  J’aborde ci-dessous les possibilités de formation, d’évaluations énergétiques virtuelles et de planification de la relance. Je suis sûr qu’il y a d’autres idées, c’est pourquoi je vous invite à poursuivre la discussion. 

Formation

Le moment est peut-être venu de mettre l’accent sur l’amélioration des compétences pour participer à une économie verte.  Bien que la formation pratique soit souvent préférée, il existe toute une série d’options en ligne qui peuvent être explorées.  Nous voyons déjà des organismes de formation comme l’Institut canadien de formation en énergie, le Conseil du bâtiment durable du Canada et Maison passive Canada multiplier les offres en ligne.  S’ajoute à cela le nombre croissant de plateformes de formation virtuelles, telles que Guides.co.  

Le gouvernement pourrait apporter son aide en apportant un soutien direct à la formation et en signalant clairement que les compétences en matière de construction écologique seront recherchées.  Dans sa présentation pré-budgétaire, le Conseil du bâtiment durable du Canada a demandé un investissement de 500 millions de dollars dans la formation. Compte tenu de la quantité sans précédent de main-d’œuvre inutilisée créée par la crise sanitaire, cette somme pourrait être considérablement augmentée.   

Évaluations énergétiques virtuelles

Bien que de nombreuses activités du programme d’efficacité soient interrompues, les administrateurs du programme continuent d’accepter les demandes.  Traditionnellement, les évaluations énergétiques se font en personne, mais on constate un intérêt croissant pour les évaluations énergétiques virtuelles.  Celles-ci consistent à compiler les données des propriétaires, des compteurs, des systèmes d’information géographique, des images thermiques, etc. pour estimer la performance énergétique et déterminer les domaines à améliorer.  

Les gens passant plus de temps à la maison, l’évaluation de la performance énergétique des maisons et la planification de futures améliorations pourraient susciter un intérêt accru.  Si une évaluation peut être réalisée de manière virtuelle, elle permettrait une approche plus clé en main qui contribuera à atteindre l’objectif national d’étendre l’étiquetage énergétique.  

Si l’éloignement physique se prolonge, les administrateurs de programmes et les régulateurs pourraient établir des objectifs associés à l’apport des participants et à l’étiquetage énergétique au lieu de réaliser des économies d’énergie grâce à des installations physiques.  

Planifier, planifier, planifier

Étant donné l’ampleur des investissements publics qui seront probablement nécessaires pour la reprise, nous devons voir grand lorsqu’il s’agit de créer une économie durable et efficace sur le plan énergétique.  La planification de la relance peut commencer dès maintenant, et elle serait facilitée par un signal clair du gouvernement indiquant qu’il y aura une forte demande d’efficacité énergétique et d’énergie durable à l’avenir.

Le groupe d’experts sur le financement durable a suggéré la création d’un réseau régional de banques vertes qui stimulerait un marché « sur le terrain » pour les rénovations énergétiques. Cette initiative pourrait être lancée par le biais d’un concours visant à créer « quatre fonds à long terme » pour la rénovation en profondeur de grands bâtiments, mentionnés dans les lettres de mandat ministérielles, ou par le biais de structures de financement qui existent déjà. Compte tenu de la nécessité d’une reprise économique, ces fonds devraient être considérablement élargis pour saisir l’opportunité d’investissement de 250 à 300 milliards de dollars identifiée par le groupe d’experts. Nous devrions commencer à travailler sur cette question dès maintenant, afin qu’une stratégie d’investissement vert soit prête à être mise en œuvre quand elle sera nécessaire.

Les responsables de la politique énergétique devraient envisager d’annoncer d’autres initiatives et concours. Pour stimuler la reprise économique à long terme et relever les défis du changement climatique au cours de la prochaine décennie, nous devons moderniser presque tous les bâtiments, ce qui signifie plus que tripler le taux annuel actuel de modernisation. Pour ce faire, il faudra adopter des approches entièrement différentes en matière de logistique, de marketing, de financement et de fabrication, qui permettront de réaliser des économies d’énergie plus importantes, à moindre coût et beaucoup plus rapidement. Nous constatons le potentiel des initiatives de rénovation à grande échelle, basées sur la zone, dans les logements sociaux. Nous devons maintenant développer les approches qui permettent de réaliser des rénovations à grande échelle dans différents types de bâtiments. 

Le gouvernement pourrait lancer un grand nombre de projets de démonstration, tous adoptant des approches différentes pour les rénovations à grande échelle (par exemple, plus de 500 maisons à la fois, de grands blocs de bâtiments résidentiels à plusieurs unités). Un groupe diversifié de parties prenantes, telles que les propriétaires de bâtiments, les entrepreneurs, les spécialistes du marketing ou les initiatives de financement communautaire sont encore capables de s’organiser maintenant, de sorte qu’ils soient prêts à contribuer à la reprise économique plus tard. Ces activités de planification pourraient être rendues possibles grâce à un développement d’entreprise ou à ce que certains ont appelé un fonds de « préparation à la rénovation ».

Nous pouvons également commencer à planifier l’introduction du nouveau code de construction à plusieurs niveaux, qui nous mène vers des bâtiments prêts pour une énergie nette zéro. La Colombie Britannique a déjà montré que la sensibilisation et l’éducation concertées des parties prenantes, ainsi que le développement de matériaux simples, clairs et accessibles, sont essentiels pour que les municipalités et les constructeurs adoptent des normes plus élevées, et l’avancement des codes de construction était un élément important du plan de relance du président Obama.

Et quoi d’autre ?

Le moment est venu d’apprendre les uns des autres et de nous préparer à contribuer à la reprise économique. À Efficacité Énergétique Canada, nous nous efforçons de faciliter l’échange de connaissances en organisant des séances de découverte hebdomadaires. Nous vous encourageons également à nous faire part de vos réflexions sur LinkedIn.

TAKE THE PLEDGE

You have Successfully Subscribed!

TAKE THE PLEDGE

You have Successfully Subscribed!

TWEET!

You have Successfully Subscribed!

JOIN THE MOVEMENT

Sign-up to get the latest in energy efficiency news! 

You have Successfully Subscribed!