L'université Carleton lance sa nouvelle organisation: Efficacité énergétique Canada

Au milieu des débats controversés sur les taxes sur le carbone, la construction de pipelines et l’approche la plus pragmatique pour se débarrasser des combustibles fossiles, le Canada pourrait considérer une solution souvent négligée pour lutter contre le changement climatique tout en améliorant l’économie.

L’efficacité énergétique — réduire l’énergie requise pour faire fonctionner nos maisons et nos bâtiments commerciaux et industriels, ainsi que nos systèmes de transport — est de plus en plus reconnue comme la ressource énergétique la moins chère et la plus abondante au pays.

Une nouvelle organisation nationale unique, basée à l’Université Carleton, vise à rassembler un large éventail d’alliés, allant des chercheurs universitaires aux entreprises du secteur privé, aux services publics et aux gouvernements, afin de plaider en faveur de politiques publiques nous permettant d’avoir un avenir plus économe en énergie.

Carleton lance Efficacité énergétique Canada

L’Honorable Bill Morneau, Ministre de la Finance, rencontre le President de Carleton Benoit-Antoine Bacon.

« Pensez à l’efficacité énergétique en tant que source d’énergie invisible », a déclaré Corey Diamond, directeur général d’Efficacité énergétique Canada, qui a été officiellement lancée lors d’une réception à Carleton le 1er novembre 2018. « Améliorer notre efficacité énergétique est de loin le moyen le plus rapide de respecter nos engagements en matière de changement climatique, mais cela créera également des emplois et augmentera le PIB.

« Un travail fantastique a été accompli à travers le pays au cours des deux dernières décennies. Nous avons maintenant l’élan nécessaire pour faire beaucoup plus. Avoir une voix à plein temps pour l’efficacité énergétique est un progrès énorme. »

« Nous sommes concentrés depuis le premier jour sur le fait que l’environnement et l’économie vont de pair », a déclaré le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, qui s’est exprimé au nom du ministre des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi. « L’efficacité énergétique est l’un des meilleurs moyens de faire en sorte que tous ces éléments soient combinés et que notre empreinte environnementale soit réduite.

« Nous allons dépenser moins d’énergie et avoir plus d’argent pour d’autres choses — c’est de cela que nous parlons aujourd’hui. Ce message correspond tout à fait à ce que les Canadiens veulent voir à long terme. L’efficacité énergétique est l’un des principes fondateurs de notre plan pour une économie plus propre. »

Efficacité énergétique Canada a des liens avec la faculté de génie et de design de Carleton et la faculté des affaires publiques (FPA). Définir et mettre en œuvre de nouvelles politiques publiques est son objectif ultime.

« Aujourd’hui, nous établissons un partenariat visant à créer une économie plus productive et un environnement plus durable », a déclaré Benoit-Antoine Bacon, président de Carleton.

« Les chercheurs de Carleton effectuent des recherches novatrices sur l’efficacité énergétique dans de nombreux domaines, notamment les politiques, la réglementation, l’ingénierie et les affaires », a-t-il poursuivi, citant les projet de l’université, le Urbandale Centre for Home Energy Research, et le Energy and Emissions Research Lab. « Efficacité énergétique Canada sera à l’aise dans cette communauté de recherche diversifiée axée sur la promotion de politiques publiques saines. »

 
The Honourable Bill Morneau, Minister of Finance, meets Carleton President Benoit-Antoine Bacon. The Honourable Bill Morneau, Minister of Finance, on behalf of the Honourable Amarjeet Sohi, Canada's Minister of Natural Resources, announced changes to Canada's Energy Efficiency Regulations to help Canadian homes and businesses save money by using more energy-efficient products. The announcement took place at Carleton in October 2018.

Combler les lacunes de l’efficacité énergétique

Efficacité énergétique Canada est issu de l’ancienne Alliance canadienne pour l’efficacité énergétique (ACCE), une association industrielle composée d’entreprises qui vendent des produits et des services d’efficacité énergétique qui existe depuis 20 ans.

Lorsqu’un groupe de bailleurs de fonds a cherché à utiliser de manière plus stratégique leurs dons pour aider le Canada à réduire les émissions de carbone, il a constaté une lacune et a poussé de l’avant la création d’un organisme national de défense de l’efficacité énergétique.

Jay Nordenstrom, ancien de l’Université de Carleton, directeur général de NAIMA Canada représentant les fabricants de produits d’isolation en fibre minérale du pays, a siégé à la fois au conseil d’administration de la CEEA et au conseil des gouverneurs de l’université.

Les objectifs de l’organisation s’inscrivent parfaitement dans la philosophie « Here for Good » de l’Université — l’engagement de Carleton à contribuer au bien social, économique et commun. André Plourde, doyen de la FPA, et le professeur James Meadowcroft de l’École de politique publique et d’administration siègent tous les deux à son conseil d’administration.

« L’utilisation efficace de l’énergie et le cadre politique qui encourage une efficacité accrue sont des composantes essentielles des programmes de recherche d’un certain nombre de collègues ici à la Faculté des affaires publiques et dans l’ensemble de Carleton », a déclaré M. Plourde. « C’est un travail important. »

« Nous ne sommes pas une association industrielle typique », déclare Diamond, diplômé en études environnementales de l’Université de Waterloo, qui travaille pour des organisations de changement social et environnemental depuis deux décennies. « Nous sommes un hybride de recherche et de défense, enraciné dans l’indépendance d’une université.

« Une grande partie de notre travail consistera à réunir et à mobiliser des alliés — des constructeurs d’habitations aux institutions financières, des petites entreprises aux grandes entreprises — qui croient qu’une économie économe en énergie est une priorité importante pour le Canada. Ce n’est pas votre conversation standard sur la sauvegarde de l’environnement; c’est celui qui inclut l’économie. »

A packed crowd in Carleton's Richcraft Hall.

Efficiency Canada Already Making an Impact

Efficacité énergétique Canada, qui a vu le jour en mai et a embauché ses premiers employés en septembre, sera basé dans l’immeuble ARISE de Carleton.

Mais l’organisation a déjà commencé à avoir un impact, publiant un rapport en partenariat avec Clean Energy Canada et Dunsky Energy Consulting au printemps dernier, concluant que la mise en œuvre des objectifs de réduction des émissions du gouvernement fédéral (Cadre pancanadien sur la croissance propre et le changement climatique) stimulerait le PIB de 1% au cours des 14 prochaines années et économiser les ménages en moyenne 114 $ par an.

Selon le rapport, intitulé « Moins, c’est plus », chaque dollar dépensé pour des programmes d’efficacité énergétique génère 7 dollars de PIB, soit une augmentation nette de 356 milliards de dollars sur 12 ans.

Non seulement ces économies seraient réinvesties dans l’économie locale, mais cette croissance créerait également une moyenne de 118 000 emplois chaque année d’ici 2030 — par exemple, installateurs de fenêtres et contacteurs de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) — grâce à l’activité économique associée à l’efficacité énergétique. Tout cela, tout en aidant le Canada à réduire le quart de la pollution par le carbone nécessaire pour respecter ses engagements internationaux en matière de changement climatique.

Corey Diamond, directeur général d'Efficacité énergétique Canada.

Corey Diamond, directeur général d’Efficacité énergétique Canada.

« Lorsque les entreprises trouvent des moyens d’utiliser plus d’efficacité énergétique, cela réduit leurs coûts opérationnels et améliore leur compétitivité et leur productivité », a déclaré Morneau. « Cela crée également un environnement plus sain. »

Selon Diamond, l’un des défis d’Efficacité énergétique Canada sera de traduire certains de ces arguments difficiles à comprendre en idées claires que les médias, le public et les décideurs adopteront.

La complexité des codes de construction en est un exemple parfait. Les constructeurs qui construisent des maisons et des bâtiments commerciaux et industriels devront s’assurer qu’ils sont « prêts pour une consommation d’énergie nette zéro » — c’est-à-dire conçus pour produire autant d’énergie qu’ils en consomment — d’ici 2030. Mais Efficacité énergétique Canada s’appuiera également sur les concepteurs, les propriétaires et l’industrie de rénovation « retrofit », ce qui représente une énorme opportunité: la moitié des bâtiments actuels sera encore utilisée d’ici 2050.

Nous avons déjà la capacité — grâce à des pratiques de conception mieux informées, à une isolation et à des appareils plus efficaces, et à la production d’énergie renouvelable — de réduire la quantité d’énergie fossile consommée par nos bâtiments, fait valoir Diamond.

« Je considère ce changement comme un problème humain plus qu’un problème de technologie », a-t-il déclaré. « Il faut beaucoup de temps aux gens pour se réunir et trouver un moyen de changer les choses. »

 

Bill Morneau speaks to an event attendee. The Honourable Bill Morneau, Minister of Finance, on behalf of the Honourable Amarjeet Sohi, Canada's Minister of Natural Resources, announced changes to Canada's Energy Efficiency Regulations to help Canadian homes and businesses save money by using more energy-efficient products. The announcement took place at Carleton in October 2018.

Réingénierie de notre économie

Diamond reconnaît qu’il y aura des obstacles dans ce changement. L’accès aux matériaux nécessaires pour les bâtiments économes en énergie pourrait constituer un goulot d’étranglement à mesure que la demande augmente et une formation sera nécessaire à mesure que de nouvelles méthodes de construction sont introduites.

D’un autre côté, les bâtiments économes en énergie nécessiteront moins d’énergie, de sorte que la quantité d’énergie que nous devrons utiliser à partir de sources renouvelables diminuera.

En réunissant divers groupes, Efficacité énergétique Canada peut préconiser des outils financiers, tels que des prêts pour soutenir les améliorations éconergétiques, remboursés avec l’argent économisé par les bénéficiaires en consommant moins d’énergie jusqu’à ce que les prêts soient remboursés — à quel point l’argent économisé retourne au consommateur.

Parce que l’efficacité énergétique relève principalement de la compétence des provinces — les provinces gèrent les services publics d’électricité et de gaz naturel — Efficacité énergétique Canada prévoit collaborer avec les gouvernements fédéral et provinciaux afin d’atténuer les effets des programmes d’efficacité énergétique qui accompagnent les cycles électoraux et les nouveaux partis politiques entrant en fonction.

Benoit-Antoine Bacon@CU_President
 

Pleased to welcome @Bill_Morneau & @NRCan to campus today for the launch of @Efficiency_Cda. Exciting to be ! So much important research on energy efficiency going on across campus and this initiative further enhances our impact in this crucial field.

View image on Twitter

L’organisation prévoit également de collaborer avec les universités et les collèges afin d’encourager la formation de gestionnaires et d’auditeurs de l’énergie et de professionnels qualifiés qui seront de plus en plus recherchés dans la nouvelle économie à faible émission de carbone.

« Ce sera une énorme réingénierie de notre économie », a déclaré Diamond. « Cela fait partie d’une transition « juste” — comme dans « la justice” — vers un avenir sobre en carbone. Et comparé à d’autres solutions, c’est beaucoup plus sûr politiquement. »

Les relations d’Efficacité énergétique Canada avec les facultés de génie, de design et d’affaires publiques de Carleton contribueront à la réalisation de ces objectifs en raison de l’intérêt commun porté au génie et aux politiques publiques.

« Être basé à Carleton nous place à l’intersection de ces deux mondes », déclare Diamond. « Nous pourrons construire des ponts entre eux. »

Il est inspirant, ajoute-t-il, d’être sur un campus où les étudiants travaillent sur des projets tels que la minuscule maison des Nomades du Nord et se voient comme faisant partie d’un avenir sobre en carbone.

« Je pense que le secteur de l’efficacité énergétique connaît une forte croissance. Partout au Canada, de nombreuses entreprises se développent d’année en année », a déclaré Diamond à la question de savoir comment Efficacité énergétique Canada peut faire la différence parmi toutes les organisations ayant des objectifs similaires.

« Je pense à ma fille de neuf ans. Elle héritera des défis et des opportunités. En effectuant ce travail, Efficacité énergétique Canada tirera les leviers qui, à mon avis, apporteront des résultats positifs et convaincront les gouvernements de changer. C’est un type d’approche différent et j’espère que cela fonctionnera. »

 

Efficacité Canada a comme mission de faire de notre pays un chef de file mondial en matière d’efficacité énergétique. Nous réunissons des acteurs de l’économie canadienne pour travailler ensemble à l’élaboration des politiques nécessaires pour tirer pleinement parti de l’efficacité énergétique. Et nous communiquons les meilleures recherches disponibles pour bâtir une économie plus productive, un environnement durable et un Canada socialement juste.

 

TAKE THE PLEDGE

You have Successfully Subscribed!

TAKE THE PLEDGE

You have Successfully Subscribed!

TWEET!

You have Successfully Subscribed!

JOIN THE MOVEMENT

Sign-up to get the latest in energy efficiency news! 

You have Successfully Subscribed!